AMOURS FRAGILES
Philippe RICHELLE & Jean-Michel BEURIOT
[couleurs : Scarlett SMULKOWSKI]
(Casterman, coll. "Un Autre Monde" ; 2 tomes parus)



Ne vous fiez pas au titre de cette série : ce n’est pas un roman photo bédéisé, ersatz des sitcoms «ABProductioniennes» ! Amours Fragiles est plutôt une histoire dans l’Histoire.

On rencontre Martin, jeune Allemand dont l’ère est celle de la montée au pouvoir d’un chancelier dont le nom résonnera longtemps dans les manuels scolaires… Devenu soldat nazi malgré lui, il nous raconte comment sa jeunesse, depuis son foyer patriarcal admiratif du pouvoir national-socialiste jusqu’à son exil universitaire à Paris, a pourri sa vie et celle de ses amis, pronazis ou juifs, à la veille d’une guerre qui s’annonce petit à petit comme inéluctable…

C’est un peu court comme pitch m’harangueriez-vous ! Mais c’est pour mieux vous donner envie de vous lancer à la découverte de cette série surprenante. S’y côtoient l’histoire et la politique qui la fabrique, les amours (ou plutôt l’« Amour ») de Martin, la vie précaire des réfugiés allemands fuyant le régime hitlérien, celle ambiguë des germaniques captivés par le charisme et les ambitions du führer, et celle des juifs traqués. Mieux qu’un cours pompeux d’histoire, et sans être une BD historique et poussiéreuse, Amours Fragiles dévoile les dessous des prémices du 3e Reich à travers ses contemporains, acteurs anonymes du tournant du siècle dernier.

Pour autant, Philippe Richelle (à qui on doit déjà la très remarquée série politique-fiction Les Coulisses du Pouvoir) ne délaisse pas la justesse des caractères des personnages, leur humanité, leur impuissance et leur résignation face à leur époque, ou leur révolte et leur haine devant cette montée fasciste. Quant au trait de Jean-Michel Beuriot, léger, clair et affûté, il nous invite à rendre hommage au « charme » un tant soit peu désuet des années 30. Un bémol tout de même : les couleurs d’Un Été à Paris, second volet de la série (qui devrait en compter 5 au final), sont moins réussies que dans Le Dernier Printemps.

Mais ce n’est que mon avis et je le partage…

Dans la famille proche :
  • Le Sursis et Le Vol du Corbeau, Gibrat (Dupuis, coll. "Aire Libre")
  • La 27e Lettre, Desberg & Will (Dupuis, coll. "Aire Libre")
  • Un Peu de FumĂ©e Bleue, Lapière & Pellejero (Dupuis, coll. "Aire Libre")
  • La Guerre Eternelle, Haldeman & Marvano (Dupuis, coll. "Aire Libre")
  • Les Olives Noires, Sfar & Guibert (Dupuis, coll. "RepĂ©rages")
  • Taca Tac, Goldestein & Garcia (Casterman, coll. "Ecritures")
  • …et certainement bien d’autres que ma modeste mĂ©moire a oubliĂ©s…


    On a failli ne jamais revoir le dessin de Jean-Michel Beuriot car celui-ci avait décidé il y a 5 ans de mettre un terme à sa carrière de dessinateur BD, à la suite du 1er tome d’Amours Fragiles. Alors que Casterman et Richelle recherchaient un remplaçant, Beuriot a finalement renoncé à sa reconversion exclusive dans l’enseignement pour reprendre les crayons de leur série. C’est pourquoi, pour ceux qui ont suivi, tant d’années ce sont écoulées entre les deux tomes…


    Aucun commentaire pour le moment

  • Rédigé par Richard
    Mis en ligne le 09 août 2006