LE DESSINATEUR, LA COLLINE ET LE COSMOS
Jérôme ANFRÉ
(La Boîte à Bulles, coll. "Contre-Jour")



La création d’une BD est une laborieuse entreprise ! Peu importe le genre auquel elle est rattachée, c’est toujours une aventure de l’imaginaire. Mais qui crée cet imaginaire, avant tout visuel et graphique ? Le dessinateur sans aucun doute. Toutefois, attention : celui-ci est surveillé de très près par des contremaîtres intransigeants, qui n’hésitent pas à lui remplacer sa main droite par une autre gauche lorsqu’il crée un animal aberrant. Pourtant, il n’est qu’un maillon de la chaîne créatrice parmi les autres équipes qui crayonnent, fabriquent et conduisent cette faune et cette flore là où elle doit être, jusqu’à ce que la cohérence de tous ces éléments logiquement agencés donne naissance à un monde viable. Mais attention aux erreurs, car ce mécanisme bien huilé ne les supporte pas…

Bien entendu, tout ça n’est qu’une fable rocambolesque, dans les coulisses de la création illimitée, aussi bien graphique qu’illogique. Projet onirique et déjanté, Le Dessinateur, la Colline et le Cosmos est de prime abord un joyeux bordel graphique. Mais en apparence seulement. Lorsqu’on a la curiosité de se plonger dans sa lecture, on s’aperçoit vite que ce souk noir et blanc avec ses personnages insolites est en fait une ode bien ficelée à la création et à l’imaginaire sans limite, si ce n’est celle de l’infini…

Sans aucun doute influencé par l’univers malicieux et farfelu de Fred, Jérôme Anfré campe un univers tout aussi digne que celui « alicien » de Lewis Carroll tant sa fantaisie débridée nous plonge dans un monde hallucinatoire, au dessin parfois hésitant mais toujours juste, convoquant les narrations et atmosphères fantasques de Terry Gilliam ou Tim Burton.

Après avoir suivi les cours dirigés par Joseph Béhé au sein de l’atelierbd.com, en parallèle d’une maîtrise de biologie, ce jeune lorrain a préférer mettre de côté ses études pour réaliser un premier album abouti et ô combien personnel malgré ses influences, le tout empreint d’une folie douce qui n’attend que vous pour se réveiller ; car sans lecteur, le dessinateur n’est finalement rien…


Dans la famille proche :
  • PhilĂ©mon, Fred (Dargaud)
  • Julius Corentin Acquefacques, Mathieu (Delcourt)
  • Little Nemo, McCay
  • Alice au Pays des Merveilles, Lewis Carroll
  • les films de Terry Gilliam, Tim Burton


    Je vous invite chaleureusement à découvrir, si ce n’est déjà fait, les éditions LA BOÎTE À BULLES, sises à Antony dans les Hauts-de-Seine ; plus particulièrement quelques albums qui m’ont convaincu : l’engagé Où vont les Hommes (Lidwine), le sanglant L’Auberge Pourpre (Baloup & Domas), le poignant (A)mère (Terrier), l’impertinent Béret et Casquette (Coudray), le loufoque Sans Queue Ni Tête (Percelay & Mirroir), le doux-amer Dérives (Schmitt), le révoltant et émouvant Dans la Secte (Henri & Alloing), le tendre L’Immeuble d’en face (Vanyda), la réédition de l’ensorcelant Sorcières, mes Sœurs (Montellier) ou encore les divers travaux de Roosevelt.


    1. Commentaire de oh penible le 25 septembre 2006 à 15h43
    enfin un site sur la BD bien conçu! moi ça me déclenche des envies de lectures!!! continuez les gars, c'est que du bon!

    2. Commentaire de La pistache le 25 septembre 2006 à 19h53
    Merci pour ces encouragements ! On va poursuivre, on y compte bien !

  • Rédigé par Richard
    Mis en ligne le 05 septembre 2006