J'AI TUÉ ADOLF HITLER
JASON [couleurs : HUBERT]
(Carabas)



Depuis 1999, les éditions parisiennes Carabas développent un catalogue hétéroclite mais ô combien attachant. Malgré quelques infidélités avec les éditions suisses Atrabile, Jason est toujours de la partie. Et une fois de plus, l’auteur norvégien nous régale de son dessin fluide sous la fausse apparence d’animaux humanisés et taciturnes. La force de sa narration tient d’ailleurs dans ses dialogues suffisants et ses compositions en gaufrier (i.e. le même nombre de cases par planches). Vous ajoutez à ça un récit très bien huilé, avec une histoire d’amour d’un tueur à gages qui ne rechigne pas à la tâche et à qui on propose d’assassiner Hitler grâce à une machine à remonter le temps, saupoudré d’un zeste d’enquête et de science-fiction. Vous obtenez alors un succulent J’ai tué Adolf Hitler (dont la couverture, avec sa svastika en évidence, pourrait faire frémir les plus obtus), à déguster en une poignée de minutes, certes, mais que la digestion incite à se dire : « Putain, c’était bien bon ; il a un petit goût de reviens-y : j’en reprendrai bien une part moi… ».
Moi, je me ressers, et comme je suis poli je vous en propose.



J’ai tué Adolf Hitler est nominé pour le "Prix du Meilleur Album" et pour les six nouveaux prix "Les Essentiels d'Angoulême" lors de cette mouture 2007 emmenée par le truglion Lewis Trondheim !


Aucun commentaire pour le moment

Rédigé par Richard
Mis en ligne le 07 décembre 2006